Un après-midi au Comic Con Paris.

La médiathèque de la Canopée aura un fond de 7000 BD/mangas et 2500 romans de SF et fantasy, aussi avons nous voulu aller faire une visite (à la fois personnelle et professionnelle 😉 ) au Comic Con Paris . Retour de Cyrille sur cet événement.

Autant le dire tout de suite : « Je suis très déçuuue ! »

J’avais beau m’être raisonnée avant et me dire que ça n’arriverait pas à la couture de la semelle du Comic Con de San Diego… les faits sont là : c’était très en dessous des attentes minimales qu’on pouvait en avoir.

batman
Expo de masques de Batman revisités par des célébrités

Un espace beaucoup trop petit, des cosplayers actifs mais peu nombreux, Urban comics, Marvel, Paramount absents (c’est comme un salon du livre sans Gallimard), des stands d’éditeurs anecdotiques… pas de libraires spécialisée pas de collectionneurs, de marché d’occasion …bref pas de quoi s’occuper pendant des heures.

Alors bien sûr, il y avait des stands boutiques classiques de tee-shirt/sacs/goodies franchisés, quelques armuriers (pour les foufous collectionneurs de reproductions d’épées célèbres), et tous ou presque proposaient des murs entiers de pop (truc à la mode)! Il y a bien quelques décors de Star Wars mais avec l’imminence de la sortie de l’épisode VII, on pouvait attendre du croustillant ! Voir même quelques trucs sur Batman vs Superman

Mais à part le stand de matériels pour travailler le cuir (qui a du se sentir très seul pendant 3 jours) et le vendeur de fruits séchés, rien de très original.
Mention spéciale aux forts sympathiques hominidés du stand de la web série comptines barbares pour leur quizz et leur dynamisme. Installés face aux stormtroopers y avait du boulot.

Je n’ai pas fait la groupie mais on pouvait voir quelques « stars » : Franck Miller, Louis Leterrier, Eric Balfour, Shawn Ashmore, James Marsters, Eric Serra… non pas de YouTuber dans ma liste parce que bon…

Voici quelques cosplay !

cosplay1 cosplay2 cosplay3 cosplay4

J’ai assisté à une conférence sur les Comics Creator-Owned »

Avec Jimmy Palmiotti, Matt Fraction, Elsa Charretier et Pierrick Colinet

conference

Il existe de grandes différences entre les droits d’auteurs en France et aux EU. Les auteurs qui travaillent sur les supers héros n’en sont pas propriétaires. Ils ne peuvent donc pas faire ce qu’ils veulent.
Le Creator-Owned offr cette liberté, toutefois elle est à modérer car certaines règles doivent être respectées pour garder une visibilité aux Etats-Unis (attention à ce qu’on montre sur les couvertures car dans certains Etats s, les libraires peuvent être condamnés sur le contenu de leurs étals)
Le financement participatif est un moyen de sortir un livre, les projets peuvent être repérés par des éditeurs et aboutir à une signature de contrat. Ce n’est pas un sous moyen de sortir un livre, malheureusement le système est presque déjà arrivé à saturation. C’est un très gros travail pour les auteurs de passer par ce système, notamment pour la promo.
Aux Etats-Unis, l’image de l’auteur est très importante pour bien « vendre » son creator-owned.

Les grandes maisons d’édition et les plus petites gardent un œil sur ces productions. Les collaborations futures promettent d’être riches.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s