[Pro] Bilan de nos ateliers de découverte de la généalogie

Chers collègues,

Si vous aussi, vous avez envie d’organiser des ateliers dédiés à la généalogie dans votre bibliothèque, voici mon retour d’expérience pour ceux que j’ai animés à la Canopée.

Données de base:

  • Emplacement : espace multimédia, avec un téléviseur grand format connecté à un ordinateur portable et powerpoint
  • Durée : environ 1h
  • Nombre de participants : 8 ou 4 selon les séances; pas encore d’ateliers en LSF

Depuis l’ouverture de la médiathèque, nous avons organisé 2 ateliers de découverte de la généalogie. Ceux-ci sont destinés à des débutants ou à des personnes ayant déjà fait quelques recherches mais ayant besoin de méthode.

La généalogie fait partie de ces pratiques anciennes qui s’est largement démocratisée grâce au numérique. La mise à disposition gratuite des registres d’état civil et des registres matricules (entre autres !) par les archives départementales a permis à des dizaines de milliers de personnes d’aller à la recherche de leurs ancêtres sans avoir besoin de se déplacer ou d’écrire comme autrefois.

IMG_20161123_130317.jpg

Projet de départ

La généalogie, c’est une pratique intergénérationnelle, réclamant des compétences numériques, organisationnelles, où l’on peut facilement échanger des conseils… elle intéresse donc la médiathèque de la Canopée à plusieurs titres ! (et puis c’est aussi un de mes dadas personnels 😉 ). A travers la généalogie, on peut découvrir d’où l’on vient, des mouvements de population, des vieux métiers mais aussi si ses ancêtres ont pu commettre des délits etc

Déroulement

Les 2 ateliers furent organisés à des horaires différents, comme toujours à la Canopée. A chaque fois, 75% des inscrits sont venus. Il y a donc un large engouement et un réel public pour ce type d’activités régulières.

Les stagiaires étaient installés dans l’espace multimédia qui était balisé pour l’occasion.

Un téléviseur grand format avec quelques images de documents généalogiques fournissait un support. J’ai pu montrer également quelques sites d’archives départementales comme celles de la Mayenne, le site mémoiredeshommes.fr    Le but de l’atelier était de permettre aux stagiaires d’aborder les notions de base de la généalogie, les documents importants à trouver, comment les chercher…

L’idée était également de réaliser un exercice de recherche pour sécuriser les néophytes ou de donner quelques conseils personnalisés dans la mesure de nos moyens. Une première difficulté sur ce type de sujet est que certaines personnes viennent avec des demandes très pointues et très personnelles. On peut essayer de les orienter vers des services d’archives particuliers mais ils peuvent avoir tendance à monopoliser l’attention et la parole. Il faut donc savoir les « gérer », comme dans n’importe quelle formation, pour que les autres personnes ne se sentent pas exclues.

Première perspectives

Si le public s’est déclaré à chaque fois très satisfait des ateliers, je fus plus mitigé.

J’ai trouvé que le format des premiers ateliers réalisés était trop descendant. Le temps d’expliquer ce que sont les tables décennales, les archives départementales, mémoiredeshommes.fr, répondre à des questions… il n’y a jamais eu de place pour un réel exercice qui aurait permis aux stagiaires de dépasser certaines craintes quant à la méthodologie et aux techniques à acquérir.

Nouveau format

A partir de la rentrée de septembre, j’ai changé complètement de méthode : partir d’une personne à chercher (j’ai pris un de mes ancêtres) et découvrir ainsi soit-même les différents documents intéressants à retrouver dans chaque type d’archives. Les stagiaires purent ainsi utiliser les postes informatiques,  ce qu’ils n’avaient pas fait, ou très peu, jusqu’à présent. Le fait de se les laisser se tromper, puis les aiguiller au début fut également bien plus satisfaisant et pédagogique, et moins de personnes ressortaient avec l’impression que faire leur généalogie était trop ambitieux pour elles.

Il m’apparaît également aujourd’hui que le nombre idéal de personnes pour ce type d’ateliers est entre 4 et 6, cela permet un suivi beaucoup plus individualisé.

Si vous êtes intéressés vous aussi par découvrir et faire découvrir la généalogie, vous pouvez utilement lire la présentation revue et mise à jour pour les stagiaires. Vous y trouverez des ressources en page 16 !

Bonnes recherches !

Romain Gaillard

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s