Intégrer la question environnementale dans une médiathèque : le cas du système de management environnemental

Stage SME — Aurore TESSA

La bibliothèque est entrée dans une réflexion de mise en place d’un système de management environnemental (SME) reposant sur la norme ISO 14001 : 2015. C’est un outil de gestion d’établissement qui va lui permettre de s’organiser de manière à réduire et maîtriser ses impacts sur l’environnement et surtout, de s’engager à s’améliorer de manière continue dans le temps. Mettre en place un SME c’est démontrer la conformité aux exigences légales et réglementaires, actuelles et futures, mais aussi renforcer l’implication de la direction et des employés en se fixant des objectifs environnementaux stratégiques. Le SME influence également les parties prenantes de l’organisation comme le réseau, les prestataires extérieurs ou encore les partenaires. D’autres outils existent, la Canopée aurait pu par exemple se tourner vers le bilan carbone. Il s’agit d’un calcul chiffré qui se concentre sur les émissions de gaz à effet de serre. La Canopée a dans un premier temps réfléchi à un SME car elle souhaite aborder la question de l’impact environnemental de façon globale, et non pas se limiter à la question des gaz à effet de serre.

Le SME se construit en trois temps :

1) L’engagement et la planification (mission principale de mon stage) : on effectue un état des lieux actuel de l’impact environnemental engendré par les différentes activités de la bibliothèque, puis on envisage des plans d’actions prioritaires et on formalise nos engagements.

2) La mise en œuvre et le déploiement : on rédige une politique environnementale, on réfléchit à la maîtrise opérationnelle et aux besoins humains.

3) La performance et l’amélioration continue : on va chercher à s’améliorer en suivant des indicateurs puis mettre en place des actions correctives ou préventives pour être plus performant.

L’analyse environnementale faite sur le périmètre de la bibliothèque la Canopée la fontaine a permis de faire ressortir les impacts environnementaux les plus significatifs. Ils sont liés à :

  • La gestion des déchets quotidiens,
  • La plastification des ouvrages prêtés,
  • La gestion des documents désherbés.

Une question s’est alors posée : comment mettre en place des actions pour ces trois aspects lorsqu’on est dans un bâtiment dont nous n’avons pas la gestion, avec un choix de matériel dépendant de marchés de la ville et des procédures pour la redistribution des ouvrages traitées par un service central (l’ADEL) ? On se rend assez vite compte que la bibliothèque de la Canopée n’a pas la maîtrise directe sur cela. Cependant, elle peut alerter et mobiliser les acteurs décisionnaires (hiérarchiquement, la DAC : Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris) pour qu’ils se saisissent de la question et mettent en place des actions à l’échelle du réseau parisien. La bibliothèque pourra alors agir en local.

Document : Ce qu’il faut retenir

Glossaire

ADEL : Association de Diffusion et d’Echange du Livre

BBL : Bureau des Bibliothèques et de la Lecture publique

DAC : Direction des Affaires Culturelles

SDE : Service du Document et des Échanges

Une réflexion au sujet de « Intégrer la question environnementale dans une médiathèque : le cas du système de management environnemental »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s